Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le facebook d'un poilu de 14-18

14 Avril 2013, 21:40pm

Publié par Teixeira Boris

Le facebook d'un poilu de 14-18

Le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux imagine le profil d'un poilu de 14, si celui-ci avait pu utiliser Facebook lors de la grande guerre. Troublant.

Il y a cinq ans, disparaissait Lazare Ponticelli, 110 ans, dernier des poilus. Aujourd’hui, le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux lui rend hommage, ainsi qu'à tous ses compagnons de guerre, à travers le personnage de Lucien Vivien.

DDB a imaginé une expérience digitale de taille en partenariat avec Facebook. Celle-ci consiste à retracer le quotidien d’un jeune français, Lucien, instituteur, dont la femme attend un enfant et que la guerre va arracher à son foyer pour rejoindre les tranchées. "Découvrez ce qu'aucun homme n'aurait jamais dû connaître".

Une histoire ordinaire qui a eu lieu il y a maintenant presque un siècle et que l’agence a décidé de transposer sur la toile à travers son récit.
A l’heure où 23 millions de Français racontent quotidiennement leur vie à travers leurs posts et statuts sur facebook, il est intéressant d’imaginer ce que lui aurait eu à raconter si le réseau social avait existé en 1914. Les vieilles cartes postales jaunies auraient certainement laissé place à une timeline argumentée de posts, commentaires, photos, dessins et affiches... pour plus de réalisme.

Ce dispositif a été mis en place grâce à une documentation très riche fournie par le Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux et avec la caution de l’historien Jean-Pierre Verney.

C'est toute l'idée de ce "facebook 1914", explique Michel Rouger, Directeur du Musée de la Grande Guerre. “Pour la première fois, un musée, en reprenant tous les moyens narratifs propres à ce réseau, va offrir aux Français la possibilité de vivre au jour le jour le quotidien d'un poilu. C’est surtout une manière originale pour les jeunes générations de découvrir cette période de l’Histoire, à travers un outil qui leur est familier”.

Source : docnews

Commenter cet article